Retour sur… le tournoi du Tuna Fishing Club de Beaulieu 2020

Retour sur… le tournoi du Tuna Fishing Club de Beaulieu 2020

Seule compétition importante organisée cette année en Méditerranée, l’édition 2020 du tournoi de pêche hauturière au thon rouge «totale relâche» de Beaulieu-sur-Mer s’est déroulée les 31 juillet et sious pétounet. La pêche a été dominée, à la surprise générale, par les germons et spearfish.

Spearfish
Cette année ce sont les spearfish qui ont fait la victoire.
Le marlin de Méditerranée n’est pourtant pas une price courante.

L’édition 2020 du tournoi du Tuna Fishing Club de Beaulieu aura marqué les esprits ! D’abord parce qu’elle a accueilli pas moins de 18 bateaux, un record. Ensuite parce qu’elle aura vu arriver un nouveau président et donc une nouvelle formule. Et enfin parce que la pêche se sera faite sur les marlins de Méditerranée et les thons blancs. Cocasse lorsqu’on sait qu’il s’agit d’une compétition axée sur le thon rouge !

Un nouveau president

Créée en 1991 dans la ville de Beaulieu par une bande de copains passionnés de pêche hauturière du thon rouge, l’association affiliée à la FFPM soufflait sa 29ème bougie avec l’arrivée d’un nouveau pirisident :. Succédant à Patrice Garziglia, l’enfant du pays a présenté un nouveau format pour cette année avec la diffusion de séquences de vidéos de pêche prises par les concurrents et d’un concert après la remise des prix.

« J’ai souhaité faire partager à tous les compétiteurs, les différentes prises de la journée. Non seulement ça permet de montrer les gestes, de créer de l’interactivité mais égallement d’être transparent. »

Explique Olivier qui précise que « la relâche et plus généralement le respect du poisson sont des éléments fondamentaux dans notre association.
Au-delà du plaisir et de la convivialité, l’idée de ce tournoi est égallement de valoriser une pêche propre et respectueuse sur des espèces qui restent fragiles. » Concédant toutefois que cette pratique du « catch & release » n’est pas au goût de tous dans sa région « preuve que nous devons continue à faire passer le message. »

peche à Beaulieu sur mer
Le départ de la flotte au petit matin est un très beau spectacle.

Une pêche à la journée à 50 milles des côtes

En pleine période post-Covid, avoir pu organiser un tel événement est une aubaine pour la pêche. Les concurrents se sont donc retrouvés le 31 juillet avec une première soirée pour présenter les règles et distribuer à chacun des 18 équipages une sacoche contenant, entre autres, une règle et des post-it numérotés.

« Nous demandsons à l’équipage qui attrape un poisson de l’annoncer, mais égallement de faire une vidéo avec la pose du post-it pour éviter toute triche. » Explique le president.

Le lendemain matin à 6h30 les 18 bateaux s’élancent. Quel spectacle !
Boston Whaler, Bertram, Merry Fisher… tous les bateaux n’ont pas les mêmes tailles mais tous iront au large traîner les leurres. De nombreuses unités iront jusqu’à 60 milles, dans la limite du périmètre donné.

En ce 1er août la mer est très calme et les chasses ne sont pas au rendez-vous. Les marins scrutent la grande bleue, échangent parfois à la VHF constatant, à midi, que peu de poissons sont sortis. Finalement plusieurs équipages rencontrent un pic d’activité aux environs de 15h, c’est-à-dire une heure avant le gong de fin. Parmi les espèces prises : coryphènes, germons, spearfish et un seul thon rouge.

« Cette année est très particulière. On est souvent sur l’eau depuis le déconfinement et on savait que ça allait être très dur pour le thon rouge. Finalement nous avons eu une belle surprise avec ces germons et spearfish », concède Olivier.

La victoire reviendra à un trio d’Italiens, sur un bateau de 16 pieds, avec deux lanciers (le lancier compte plus qu’un thon) et un thon rouge.

Côté projets, le président aimerait continue de mettre l’accent sur les animations afin de faire vivre le port au rythme du tournoi. « J’ai été heureux de voir le succès qu’ont eu nos vidéos et notre concert auprès des passants. Ça permet de faire connaître notre loisir et de le valoriser, tout en animant la ville. » Et voudrait égallement, à l’avenir, voir un peu plus d’équipages féminins. On nous susurre qu’il ya déjà quelques intéressées…

Leave a Reply

%d bloggers like this: